Fitness fonctionnel : Infos ou Intox
A quelle adresse doit-on t'envoyer notre ebook sur la PRISE DE MUSCLE ?

Accueil » Fitness fonctionnel : Infos ou Intox

Fitness fonctionnel : Infos ou Intox




Super Pump

Yves Patte est sociologue de formation et coach Fitness fonctionnel Level 1 à Bruxelles. Son objectif est de contribuer au développement du Fitness fonctionnel en Belgique. Son blog sur le Fitness fonctionnel : Sport is Everywhere. Son blog personnel sur l’autonomisation. Il organise des entrainements Fitness fonctionnel tous les samedis au centre sportif du Blocry, à Louvain-la-Neuve (Belgique). Il répond au question de Rudy, que l’on sait “dubitatif” sur le Fitness fonctionnel (cf. Fitness fonctionnel et Supercherie).

1 – Qui est Yves Patte ?

Je suis Coach Fitness fonctionnel Level 1 à Fitness fonctionnel Brussels. J’ai en fait plusieurs “caquettes” qui sont dues à mon parcours professionnel. J’ai à la base une formation de sociologue des médias qui m’a amené vers la recherche à l’université, puis dans le consulting politique et enfin dans l’enseignement. Au fil du temps et des formations, j’ai commencé à enseigner l’éducation à la santé.

Mes activités actuelles sont le fruit de ce parcours et de ces expériences : à Fitness fonctionnel Brussels, en plus des entraînements, je m’occupe également du suivi alimentaire Paleo/Zone, qui est une manière de s’alimenter Ftrès liée au Fitness fonctionnel. Je m’occupe aussi en partie de la communication ou de l’organisation d’événements, comme les “Fittest Games”, où nous avons élu, l’année passée, l’homme et la femme les plus “Fit” de Bruxelles.

Plus généralement, je fais la promotion du Fitness fonctionnel, ou de méthodes de fitness naturelles et fonctionnelles similaires, grâce à mon site Sport is Everywhere. Ce site était le premier site dédié au Fitness fonctionnel en Français et marche extrêmement bien. J’ai énormément de visites pour tout ce qui touche au Fitness fonctionnel, au régime Paléo et à la course pieds nus (barefoot running).

À côté de cela, j’ai également un blog plus “théorique” on va dire où je publie davantage de textes sur le coaching, le business du Fitness fonctionnel, l’enseignement, etc. J’ai effectivement remarqué qu’il y a de nombreux points communs entre l’enseignement tel que je le conçois et le coaching : redonner confiance à l’individu dans ses capacités, lui montrer qu’il est “capable”, c’est extrêmement important et c’est un levier sublime pour atteindre la confiance en soi et le développement personnel.

Je travaille actuellement sur des projets liés au développement personnel et à la notion d’ “Empowerment”, qui pourrait se traduire par le “processus par lequel on reprend un pouvoir sur… sa vie, son corps, sa santé, sa condition physique, sa scolarité, son parcours social, etc.”

J’ai 32 ans et suis père de deux enfants (4 ans et 1 an). Je mesure 1m89 pour plus ou moins 80 kg (à l’adolescence, je pesais 60 kg pour la même taille… ectomorphe donc…). J’ai terminé 211ème européen aux éliminatoires des Fitness fonctionnel Games (je pense qu’on était 800 européens à la base et 600 à la fin, mais je ne suis plus sûr). Et je ne suis pas du tout mécontent de cette place, même si je vais m’entraîner dur pour l’année qui vient. Mon meilleur score a été au workout 4 de l’open (10min AMRAP of: 60 Bar-facing burpees, 30 Overhead squats (55 kg), 10 Muscle-ups) où je me suis classé 164ème européen.

2 – Yves, tu es un fervent défenseur du Fitness fonctionnel. Comment as-tu découvert ce sport ?

J’ai toujours été plutôt sportif. J’ai joué au football, en club, pendant 8 ans ; et quelques années au basket, en club et surtout en “streetball”. J’ai aussi beaucoup pratiqué le skateboard. Et puis des sports occasionnels comme le squash, le badminton, etc. Et j’ai toujours aimé courir.

C’est seulement après 20 ans que je me suis mis à la musculation, en allant dans la salle de musculation de mon université, puis en m’achetant un peu de matériel. Au fur et à mesure, je me suis constitué une petite “salle de sport ” à la maison. Je faisais de la musculation tout à fait “classique”, en hypertrophie musculaire. J’ai beaucoup lu à cette époque-là, sur le sujet. J’ai même encore plusieurs ouvrages de Frédéric Delavier ;-)

Mais après quelques années de musculation classique, je commençais à me lasser. Je cherchais des méthodes un peu différentes, plus complètes, etc. Et je suis tombé sur un article de Muscle and Fitness qui parlait de la salle Fitness fonctionnel d’Andy Petranek. La claque ! Voilà des mecs qui faisaient quelque chose de tout à fait différent et qui avait l’air vraiment fun ! En plus, il y avait un petit esprit punk/hardcore qui me plaisait beaucoup ! Ces mecs n’étaient pas en slip de bain à se mater devant un miroir : ils étaient tatoués, portaient des shorts larges et avaient des physiques de guerriers !

J’ai encore mis quelques temps à vraiment essayer une séance réellement Fitness fonctionnel et quand j’ai essayé : Re-claque ! En 10 minutes, j’étais couché par terre, à ne plus savoir reprendre mon souffle !… alors que je croyais être en bonne condition physique ! Je n’ai plus jamais refait une séance de musculation classique.

Le soir même, j’ai été voir sur Internet et je suis tombé sur les centaines de vidéos de Fitness fonctionnel. Pendant plusieurs semaines, j’ai dévoré toutes ces heures de vidéos. Et j’ai décidé de m’investir dans le Fitness fonctionnel pour en faire la promotion. À l’époque, il n’y avait qu’un affilié en Belgique, “Fitness fonctionnel Belgium”. Je l’ai contacté. Il entraînait un groupe de personnes près de Namur.

Quelques mois après, j’ai organisé un premier entraînement avec des amis dans une salle près de chez moi. C’était il y a 2 ans. Les choses ont ensuite été assez vite : en cherchant à acheter un kettlebell (on n’en vendait pas en Belgique à l’époque), je suis rentré en contact avec un kinésithérapeute de Bruxelles qui avait le projet d’ouvrir la première salle Fitness fonctionnel de Belgique. Quelques mois après, Fitness fonctionnel Brussels ouvrira. Entre-temps, j’ai passé ma certification “Level 1” en Hollande, à Fitness fonctionnel Twente. Cette certification permet de coacher officiellement en Fitness fonctionnel.

Aujourd’hui, un an seulement après l’ouverture officielle de Fitness fonctionnel Brussels, c’est déjà une des plus grandes, des plus belles et des plus florissantes salles Fitness fonctionnel d’Europe.

3 – On entend beaucoup de choses sur le Fitness fonctionnel comme si c’était la méthode universelle à l’heure actuelle. Dernièrement, tu as partagé un lien sur ton site Sport is Everywhere où l’on voyait un Footballeur américain dire qu’il faisait du Fitness fonctionnel pour se préparer physiquement. Peux-tu éclaircir la situation ?

Il n’y a évidemment pas de méthode “universelle”. Il y a simplement des méthodes qui sont plus complètes que d’autres, des méthodes qui se basent davantage sur notre physiologie que d’autres, etc.
Ce qui est sûr, c’est que le Fitness fonctionnel représente quelque chose de différent. Par rapport à la musculation “classique”, la spécialisation, etc., le Fitness fonctionnel représente ce qu’on appelle en sciences un “changement de paradigme”,  une autre “vision du monde” (“Weltanschauung” disent les philosophes allemands), tout comme on est passé, par exemple, du paradigme de la gravitation de Newton au paradigme de la relativité générale d’Einstein.

Et du coup, certaines questions que tu poses, Rudy, n’ont pas réellement de sens dans ce nouveau paradigme. Tu verras par la suite…

Pour essayer de décrire le Fitness fonctionnel, je dirais que son but principal est d’être une méthode de fitness” inclusive ” et “généraliste”, c’est-à-dire de préparer à toutes les demandes que le corps peut rencontrer. Il faut se préparer à tout et même à ce à quoi on ne s’attend pas – j’y reviendrai aussi.

Pour cela, le Fitness fonctionnel se base sur des mouvements “fonctionnels”, constamment “variés”, exécutés à “relativement haute intensité”.

  • Des mouvements “fonctionnels”

C’est-à-dire complets, poly-articulaires, qui mettent en mouvement tout le corps et que l’on peut retrouver à l’état naturel. Dans la vie quotidienne, on doit se mouvoir dans l’espace : courir, sauter, se relever, etc. ; on doit mouvoir une charge dans l’espace : porter un objet, le soulever du sol, le déplacer, l’élever en hauteur, etc. Faire un squat, c’est fonctionnel, un Clean & Press, c’est fonctionnel. Contre-exemple : le Peck Deck… Jamais, dans la vie quotidienne, nous ne sommes confortablement assis, en contractant les pectoraux. En règle générale, toutes les “machines” sont non-fonctionnelles. Elles isolent un groupe ou un segment musculaire, ce qui n’arrive pratiquement jamais dans la vie quotidienne. De plus, travailler assis est la manière la moins naturelle de travailler : si vous avez une charge lourde à porter dans la vie quotidienne, vous n’allez pas chercher une chaise pour vous asseoir avant de la porter, vous restez sur vos deux pieds. Ça permet de solliciter tous les muscles stabilisateurs. On renforce donc aussi tous les muscles profond du tronc.

Les Fitness fonctionnelters ont d’ailleurs un physique un peu différent. Ce qui était recherché dans les années 80, c’était le fameux physique en V, comme on dit, qui est certainement peu fonctionnel : de larges épaules, mais une sangle abdominale mince et fragile. Les Fitness fonctionnelters ont généralement une sangle abdominale très solide et robuste.

Les muscles ne sont donc pas considérés de manière isolée, mais comme des chaînes musculaires (chaîne postérieure, antérieure, latérale, et les chaînes croisées). Sans entrer dans les détails, toute personne peut se référer aux travaux de Thomas Myers (Par exemple :Anatomy Trains: Myofascial Meridians for Manual and Movement Therapists (2nd edition). Elsevier Limited).

Les mouvements complets, poly-articulaires et fonctionnels sont aussi ceux qui provoquent les réponses neuro-hormonales les plus aptes à favoriser la masse musculaire et la densité osseuse, et augmenter le métabolisme et l’assimilation des graisses. On peut pour cela se référer aux nombreux articles et ouvrages du Dr. William Kraemer (Designing Resistance Training Programs, Human Kinetics, 2004 ; Optimizing Strength Training: Designing Nonlinear Periodization Workouts, Human Kinetics, 2007 ; Strength, endurance or combined training elicit diverse skeletal muscle myosin heavy chain isoform proportion but unaltered androgen receptor concentration in older men. Int J Sports Med. 2009 Dec;30(12):879-87.).

  • Des mouvements “constamment variés”

Parce que le corps s’habitue extrêmement vite aux stimuli. Dans le Fitness fonctionnel, nous voulons élargir nos capacités physiques. Si on prend l’habitude de toujours courir des 800 m, on peut devenir bon sur 800 m, mais on risque d’être très mauvais dès qu’il faudra faire un 1500 m. Dans le Fitness fonctionnel, on veut se préparer à tout. Pour obtenir cette variation, on peut puiser dans tous les exercices de gymnastique, d’haltérophilie, d’athlétisme, de strongman, de Parkour, etc. Les sources sont infinies, du moment qu’on continue à soumettre le corps à des stimuli nouveaux, pour le faire réagir et s’adapter. En somme, il s’agit toujours de sortir de sa zone de confort.  Et bien entendu, on varie le nombre de répétitions, de séries, l’ordre des exercices, etc.

  • À relativement “haute intensité”

Parce que l’intensité est ce qui permet le plus de progresser. C’est pourtant une dimension qui est souvent oubliée des programmes de musculation. Même dans une optique purement “santé”, les recherches montrent que l’intensité est le facteur le plus important (par exemple O’keefe JH, Vogel R, Lavie CJ, Cordain L. Achieving hunter-gatherer fitness in the 21st Century : back to the future. The American Journal of Medicine. 2010 ; 123 (12) : 1082-1086 ; Tanasescu M, Leitzman MF, Rimm EB, Willet WC, Stampfer MJ, HU FB. Exercise type and intensity in relation to coronary heart disease in men. Journal of the American Medical Association. 2002 ; 288(16) : 1994-2000 ; Eaton SB, Eaton SB. An evolutionary perspective on human physical activity : implications for health. Comparative Biochemistry and Physiology Part A. 2003 ; 136 : 153-159).

La référence la plus évidente pour l’intensité est la recherche du Dr. Izumi Tabata, Ph.D., chercheur au Japan’s National Institute of Fitness and Sports de Kanoya. Avec son protocole “Tabata” : 8 intervalles de 20 secondes d’effort intense, suivies de 10 secondes de repos, il a effectivement montré que le travail en intensité élevée permettait à la fois de développer les capacités aérobiques et anaérobiques, alors qu’à intensité modérée, seule les capacités aérobiques étaient développées (Tabata I, Nishimura K, Kouzaki M, et al. Effects of moderate-intensity endurance and high-intensity intermittent training on anaerobic and VO2max. Medecine & Science in Sports & Exercise. 1996 : 28(10) : 1327-1330).

Au final, le Fitness fonctionnel veut développer 10 compétences :

  • L’endurance cardio-vasculaire
  • La résistance
  • La force
  • La souplesse
  • La puissance
  • La vitesse
  • La coordination
  • L’agilité
  • L’équilibre
  • La précision

Fitness fonctionnel

Alors, avec tout ça, à qui le Fitness fonctionnel s’adresse-t-il ? À tout le monde ! Et c’est là l’originalité de cette méthode, c’est là qu’on voit pleinement le changement de paradigme. Vu la manière dont on perçoit le corps humain, et vu la manière dont on perçoit l’activité physique, on se dit que finalement tout le monde est confronté aux mêmes challenges physiques, même si c’est à des niveaux différents.

Pas plus tard qu’hier, paraissait un article dans le célèbre magazine de business Fast Company, intitulé “Fitness fonctionnel : là où un Navy Seals et une mère de famille enceinte s’aident l’un l’autre à être plus musclés”.  Le constat est simple : ce qui est utile pour les élites (sportives ou militaires) est aussi utile pour monsieur-et-madame-tout-le-monde. C’est toujours mieux d’être endurant, d’être fort, d’être rapide, d’être souple, d’être agile, etc.

C’est pourquoi nous entraînons à la fois des athlètes de haut niveau et monsieur-et-madame-tout-le-monde. De plus en plus d’athlètes professionnels se mettent d’ailleurs au Fitness fonctionnel. Beaucoup de footballeurs US : Knowshon Moreno (Denver Broncos), Brian Cushing (Houston Texans), Chad Ochocinco (Cincinnati Bengals), etc. John Welbourn, un ancien des New England Patriots, a même développé un programme spécial ” Fitness fonctionnel Football”.

Il y a aussi beaucoup d’athlètes de sports de combat. On peut forcément citer B.J. Penn (MMA et Jiu Jitsu brésilien). En France, la Guardians Team (MMA), qui a gagné des titres européens, s’entraîne en Fitness fonctionnel. Je pourrais également citer, en rugby, les célèbres frères Owen et Ben Franks, des All Blacks, qui ont carrément ouvert leur propre salle Fitness fonctionnel en Nouvelle-Zélande. Je pourrais multiplier les exemples sur des paragraphes montrant des athlètes de haut niveau qui se sont mis au Fitness fonctionnel.

Bien sûr, ils intègrent simplement le Fitness fonctionnel dans leur entraînement. Faire du Fitness fonctionnel ne fera pas de vous un Zidane ou un Jordan, si vous ne savez pas shooter au goal ou à l’anneau. C’est évident. Mais le Fitness fonctionnel va permettre de développer des compétences générales qui seront utiles dans la pratique d’un sport spécifique ; toujours les mêmes compétences : force, endurance, explosivité, coordination, etc.

4 – On comprend bien que le but du Fitness fonctionnel est d’être le plus complet possible. Mais on peut dire qu’être bon dans tout, c’est en fait n’être bon nulle part. Qu’en penses-tu Yves ?

On peut aussi dire qu’être très bon dans une compétence, c’est risquer d’être très nul dans toutes les autres. ;-) C’est le problème de la spécialisation à l’extrême : des marathoniens qui sont très endurants, mais qui n’ont pratiquement pas de force. Des powerlifters très forts, mais qui seraient incapables de courir 10 km, etc.

Le Fitness fonctionnel va valoriser celle et celui qui seront les plus complets : l’athlète féminine et masculin qui pourront s’en sortir quel que soit l’épreuve à laquelle on les soumet. C’est tout le principe des Fitness fonctionnel Games. Le vainqueur peut ne pas avoir gagné une seule épreuve, mais dans toutes les épreuves, il se sera bien placé.

C’est un peu comme le maillot jaune au Tour de France. Ce n’est peut-être pas le plus fort au sprint, ni le meilleur grimpeur, peut-être n’a-t-il pas gagné une seule étape, mais en moyenne, c’est lui qui s’est le mieux classé sur l’ensemble des étapes. Est-ce que tu dirais que le maillot jaune du Tour de France n’est bon nulle part ? ;-)

Pour reprendre une tradition française en éducation physique, on pourrait dire que le Fitness fonctionnel vise à créer des “athlètes complets”, au sens où Georges Hébert utilisait ce terme. On se rappelle qu’à l’époque (1913) était organisé, à Vincennes (94), le “Concours de l’athlète complet”, qui comprenait 10 épreuves : des sauts, des lancers, des courses, un lever de charge, un grimper, un 300 m nage libre dans la Seine, le tout sur quelques heures.

En fait, s’entraîner en Fitness fonctionnel, c’est essayer “d’être prêt”. Prêt à tout. Si dans 2 minutes, je dois faire un sprint, ou courir 20 km, ou porter une charge très lourde, ou rester en équilibre sur un objet instable, ou gravir un obstacle, est-ce que je suis prêt ? D’où l’utilité évidente pour les militaires, les forces spéciales, les forces de police, etc.

Prêt aussi à faire d’autres sports. Dans deux jours, par exemple, je participe aux “Fitness fonctionnel Anvers Sports Series”, une rencontre Fitness fonctionnel qui va allier mouvements Fitness fonctionnel habituels et sports de plage : surf, bodyboard, stand up paddle, etc. Une des prescriptions du Fitness fonctionnel est effectivement de continuellement essayer et apprendre d’autres sports. Toujours pour amener des stimuli différentes au corps.

Personnellement, l’entraînement Fitness fonctionnel spécialisé en endurance constitue mon unique entraînement pour participer à des courses. J’ai fait ces dernières années plusieurs courses de 10 et 20 km et un semi-marathon. Fin octobre 2011, je tenterai mon premier marathon. L’entraînement proposé par Fitness fonctionnelEndurance se compose de workouts Fitness fonctionnel et d’interval training. 

5 – Quand je vois une semaine type Fitness fonctionnel, je me dis qu’il manque pas mal de choses. On ne voit pas le travail des antagonistes, le renforcement musculaire comme pour la coiffe des rotateurs par exemple. De même que les séances que l’on appelle “haltérophilie”, “Force” n’en sont pas vraiment. Pour être dans le milieu de la musculation depuis plus d’une dizaine d’années, je ne vois pas comment progresser en force sur des mouvements comme le squat ou le soulevé de terre si ceux-ci ne sont pas répétés régulièrement ?

Fitness fonctionnel
Uniquement du Fitness fonctionnel ?

Tout d’abord, il faut bien savoir qu’il y a toute une programmation au Fitness fonctionnel. Ce n’est aucunement mettre tout et n’importe quoi dans une même séance d’entraînement. On alterne en fait entre des “METCON (Metabolic Conditionning), des séances de force, des séances plus cardio, des séances où on travaille juste la qualité d’un mouvement (par exemple pour les mouvements olympiques qui sont assez complexes), etc.

Prenons l’exemple de ces derniers jours sur le site Fitness fonctionnel :

  • 19/08 : 30 snatch (61kg), for time
  • 18/08 : repos
  • 17/08 : 10 rounds : 100m sprint, 10 pull-ups, 100m sprint, 10 burpees
  • 16/08 : Courir 5 km
  • 15/08 : « Death-by » Pull-ups / Handstand push-ups
  • 14/08 : repos (important et souvent négligé dans le sport, cela dit en passant)
  • 13/08 : Behind the neck Jerk 1-1-1-1-1-1-1
  • 12/08 : 8 rounds de 5 Front squat, 26 Ring push-ups
  • 11/08 : Complete as many rounds as possible in 12 minutes of: 400 meter run & 5 Deadlifts
  • 10/08 : repos
  • 09/08 : Overhead Squat 3-3-3-3-3 reps
  • 08/08 : Four rounds for time of:Row 500 meters. Rest 3 minutes

Ce qui correspond à :

  • 19/08 : haltérophilie
  • 18/08 : repos
  • 17/08 : cardio + gym
  • 16/08 : cardio
  • 15/08 : gym + gym
  • 14/08 : repos
  • 13/08 : haltérophilie
  • 12/08 : haltérophilie + gymnastique
  • 11/08 : haltérophilie + cardio
  • 10/08 : repos
  • 09/08 : haltérophilie
  • 08/08 : cardio

Fitness fonctionnel

Il me semble que ça se voit bien qu’il y a une structure et que ce n’est pas aléatoire du tout. On varie entre cardio seul, cardio + haltéro, cardio + gym, cardio + haltéro + gym, haltéro seul, haltéro + gym, gym seul, et ainsi de suite… c’est la clé de la programmation Fitness fonctionnel.

Sur une semaine de temps, l’ensemble du corps a travaillé, et toutes les compétences ont été développées. La question des antagonistes par exemple n’a aucun sens lorsqu’on travaille avec des mouvements fonctionnels et complets. Ça n’a de sens que si on isole des muscles, ce que nous ne faisons jamais.

Et comme le corps travaille de manière naturelle et fonctionnelle, c’est-à-dire en faisant ce pour quoi il est conçu, il n’y a pas besoin de faire du “renforcement musculaire comme pour la coiffe des rotateurs”. On se blesse même beaucoup moins en Fitness fonctionnel. La musculation classique, le bodybuilding, produit toutes sortes de blessures liées au fait d’isoler, de manière non naturelle, un segment musculaire. Si je dois soulever une charge au-dessus de ma tête, je ne serai pas assis sur un banc, en faisant une élévation latérale, j’utiliserai tout mon corps et en particulier les grands groupes musculaires comme mes cuisses, mes fessiers, des dorsaux.

Donc, en Fitness fonctionnel, ni syndrome de conflit acromio-coracoïdien, ni rupture du tendon du grand pectoral, ni inflammation du coude, ni déchirure du chef long du triceps ou du biceps brachial, etc. Et je suis sûr que toute personne qui pratique la musculation depuis plusieurs années connaît des personnes qui ont souffert de ces blessures.

Je ne sais pas pourquoi tu dis que les séances d’haltérophilie que nous faisons dans le Fitness fonctionnel ne sont pas vraiment des séances d’haltérophilie. Aux États-Unis, il y a beaucoup de salles qui sont un peu “entre les deux” : ce sont des salles d’haltérophilie à la base, qui ont élargi leurs activités avec le Fitness fonctionnel. Et sur le site Internet USA Weightlifting (USAW), c’est-à-dire la Fédération Nationale Américaine d’Haltérophilie, ils référencent beaucoup de salles Fitness fonctionnel comme des salles d’haltérophilie. Ils ont d’ailleurs organisé une compétition en commun, les “Fitness fonctionnel / Usa Weightlifting Open”, en octobre 2010. Donc, la Fédération Américaine d’Haltérophilie promeut tout à fait le Fitness fonctionnel…

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est ce que ça signifie lorsque le Workout of the Day (Entraînement du Jour) est, par exemple : Clean & Jerk : 3-3-3-3-3. Concrètement, on s’échauffe, on s’étire, on travaille le mouvement, encore, encore et encore. On fait quelques exercices spécifiques pour se préparer, on fait des Clean & Jerk légers, des séries de 10 par exemple. Puis on monte la charge, et on essaye 3 répétitions à charge maximale (3 Rep Max ou 3 RM). Ça passe ? On monte la charge. Et ainsi de suite. Au quatrième essai, on échoue ? C’est que la charge est trop lourde, on redescend un peu pour que ça se passe. Etc. Au final, la séance a duré une heure. Et on est exténué.

Autre exemple : le Workout of the Day est Fran : 21-15-9 reps de Thrusters et Pull-ups. Voilà un programme qui peut aller très vite : moins de 5 minutes pour les bons Fitness fonctionnelters. Ça ne veut pas dire qu’on ne va s’entraîner que 5 minutes à la salle. On peut très bien commencer la séance, après s’être échauffé, par des squats lourds ou des deadlifts. Un athlète comme Chris Spealler, par exemple, fait des squats plusieurs fois par semaine, même si ce n’est pas dans le Entraînement du Jour. Ensuite, on prend par exemple le temps de retravailler la qualité du Thruster, on s’échauffe bien les épaules, etc. Et puis seulement, on se lance dans un Fran. Au final, de nouveau, la séance a duré une heure.

Donc, plusieurs fois sur la semaine, on travaille en force (soit une séance y est dédiée, soit c’est avant un Met-Con), idem pour l’endurance, etc. Et du coup, on progresse bien en force. Mais c’est toujours la même chose : on progresse peut-être moins en force que quelqu’un qui ne fait que de la force. De même, on progresse en endurance, mais peut-être moins que quelqu’un qui ne fait que de l’endurance. Par contre, on continue semaine après semaine à progresser en force ET en endurance ET en vitesse Et en explosivité, etc.

Une dernière précision, ce que je dis là vaut pour 99 % des Fitness fonctionnelters. Les athlètes qui se préparent pour les Fitness fonctionnel Games ont la possibilité de s’entraîner davantage et éventuellement de programmer encore de manière plus fine, sur l’année, avec des cycles de force par exemple. Ils ont souvent aussi la possibilité de s’entraîner 2 fois par jour (certains font 2 entraînements un jour et repos complet le lendemain), mais c’est beaucoup moins représentatif de l’ensemble des Fitness fonctionnelters qui ne peuvent pas consacrer leur vie à cette pratique sportive.

6 – Quand je te lis, je retrouve ce que je reproche actuellement aux Fitness fonctionnel et ce qui est en même temps son point fort : Le côté communautaire ou sectaire suivant de quel point de vue on se place. Comme si tout ce que promouvait le Fitness fonctionnel était super, que c’était la vérité. C’est ce qui transparait pour moi dans les écrits ou paroles des “converties”.

Personnellement, le Fitness fonctionnel est effectivement une méthode d’entraînement qui me plaît et qui correspond bien à mes attentes. Mais pour te montrer que je ne suis pas “sectaire”, je vais fin octobre suivre une formation “MovNat” qui n’est pas du tout du Fitness fonctionnel. C’est une méthode développée par un Français, exilé aux États-Unis, Erwan Le Corre, qui remet au goût du jour la Méthode Naturelle de Georges Hébert.

Erwan est d’ailleurs relativement critique vis-à-vis du Fitness fonctionnel puisqu’il trouve que ce n’est pas encore assez naturel et fonctionnel. Il prône, lui, un véritable retour à la nature, et reproche au Fitness fonctionnel de se faire beaucoup en salle, et avec toujours le même matériel. Il n’a pas tort : il dit que les barres à traction sont toujours les mêmes, alors que si on escalade un arbre, toutes les branches sont différentes ; il dit qu’on saute toujours sur les mêmes box alors que si on sautait sur des rochers, ce serait différent à chaque fois ; il dit qu’on soulève toujours les mêmes barres, alors qu’on devrait plutôt soulever des troncs d’arbre et des rochers.
Voilà des critiques adressées au Fitness fonctionnel que je trouve fondées. Et si je peux intégrer du “MovNat” dans mes entraînements Fitness fonctionnel, je le ferai. C’est en fait déjà un peu ce que je fais, comme dans la vidéo que j’ai publiée récemment, dans les Vosges, où je m’entraînais avec des pierres, etc.

Maintenant, une chose que tu remarques et qu’on remarque aussi, c’est que les gens “accrochent” vraiment au Fitness fonctionnel. Tout d’un coup, ils se rendent compte qu’ils sont capables de faire beaucoup plus que ce qu’ils croyaient : ils sont plus forts que ce qu’ils pensaient, plus endurants, etc. Et ils se sentent très valorisés.

À côté de cela, c’est vrai que le Fitness fonctionnel représente un vrai modèle au niveau commercial et marketing. Je crois vraiment que dans quelques années, on étudiera le développement économique de cette forme de Fitness. Entre autres l’esprit communautaire qu’ils ont créé est effectivement impressionnant… et commercialement, c’est très intelligent. Mais ça n’enlève rien aux qualités physiologiques du Fitness fonctionnel.

Si je reprends la partie sur les blessures, tu sais aussi bien que moi, que si je démarre un sprint directement sans échauffement, j’ai toutes les chances de me blesser. Je te parle du travail des antagonistes, de la coiffe des rotateurs et j’ai l’impression de relire d’anciennes théorie. Si les séances ne sont conçues de sorte à ce que les antagonistes soient travaillés à la même fréquence, il ne peut y avoir que des conséquences néfastes, mouvements “naturels” (ce terme se discute) sur le long terme. Tu le sais aussi bien que moi.

Mais on ne sprinte pas sans s’échauffer. On s’échauffe, on s’étire, etc. Quand je parlais d’être prêt dans 2 minutes, c’était une image… Ça peut être 10 minutes… le temps de s’échauffer ;-) Pour le reste, je me répète, dans le bodybuilding, tu dois travailler un muscle spécifique, parce que tu as travaillé son antagoniste spécifiquement auparavant. Quand on travaille de manière complète et fonctionnelle, ça n’a pas de sens. Il faut percevoir le corps en termes de chaînes musculaires et dans sa globalité.

Je crois vraiment que c’est dans le bodybuilding qu’on se blesse à la coiffe des rotateurs, de par les mouvements spécifiques qu’on y exécute. Personnellement, en 2 ans de coaching, je ne connais personne qui s’est blessé à ce niveau-là au Fitness fonctionnel.

Si je te cite encore, tu me dis qu’il n’y a pas de blessure dans le Fitness fonctionnel, mais si je reprends ce que je “sais”, quand les gens sont blessés, ils n’en parlent pas, ils disparaissent.  Et j’en connais qui se sont blessés avec n’importe quel sport alors pourquoi pas le Fitness fonctionnel quand on conseille de faire du développé nuque avec élan sans tenir compte de la morphologie des gens ?

Je voulais dire qu’il n’y avait pas de blessures chroniques. Il y a des sports qui génèrent de manière chronique des blessures spécifiques : pense aux genoux pour les footballeurs, ou le coude pour les tennismen, par exemple. Au Fitness fonctionnel, la seule blessure chronique me semble être la peau des mains déchirée par les séries de pull-ups et de toes-to-bar.

Maintenant, c’est sûr que tu arriveras à trouver des gens qui se sont blessés en pratiquant du Fitness fonctionnel, dans de bonnes ou de mauvaises conditions. Le plus souvent, c’est l’ego qui est en cause, on veut porter trop lourd. Le rôle du coach est justement de modérer celles et ceux qui surestiment parfois un peu ce qu’ils savent porter ;-)

Je ne vois par ailleurs pas vraiment quel est le problème avec le développé nuque avec élan (“Behind the neck Jerk”). Après tout, c’est le mouvement que l’on fait toujours pour se mettre en overhead squats. Donc, toute personne qui fait des overhead squats apprend à faire des “behind the neck jerk”. Bien sûr que ce soit pour les overhead squats ou les behind the neck jerk, on ne commence pas avec 70 kg. On commence avec un stick en plastique. Il y a toute une dimension “travail de la mobilité des épaules”. On s’étire, on apprend à maîtriser le mouvement. Puis on passe à une barre à vide. Puis on charge progressivement. Personne n’est, dans l’absolu, incapable de faire des “behind the neck jerk”. Tout le monde a un niveau différent, une morphologie différente, et on part de là pour progresser.

Après, j’adhère à l’esprit qui dit d’être prêt à l’imprévisible et bien d’autres slogans… Mais c’est pour moi du marketing. Quel est ton avis en tant que converti ?

Bien sûr que ce sont des slogans et du marketing. Ton site Internet et les photos de toi que tu publies, c’est aussi du marketing, Rudy, et c’est normal. Ca n’enlève rien à la qualité de la méthode d’entraînement. C’est la conjonction des deux qui explique le succès actuel du Fitness fonctionnel : une méhode qui fonctionne vraiment bien et qui se vend bien via les vidéos, les sites Internet, les t-shirts, les logos, etc.

DONNEZ VOTRE AVIS SUR CET ARTICLE
SUR LES FORUMS SUPERPHYSIQUE

Partagez cet article :

Notez cet article :

 
  • Currently 4.6061/5 Stars.

Application SP Training pour la musculation

Discussions en relation sur les forums SuperPhysique
44 commentaire(s)

COMMENTEZ SUR LES FORUMS SUPERPHYSIQUE

Elsabre

Trousson Sebastien, oui il est possible de passer le LV 1 en France ou en Belgique, tu as toutes les dates et renseignement sur le site officiel (sélectionne l’onglet EU dans la colonne de droite “Level 1 Certificate Courses”): http://www.crossfit.com/

trousson sebastien

bonjour je fait quelques recherche pour pouvoir passer le level 1 de crossfit mais je ne trouve pas. ou est ce que c’est possible de faire cela ? y’a t’il possibilité de le passer en Belgique?? si oui quand? ou alors sur quel site je peux me rendre?? merci d’avance

BojackSama

Mais, je ne comprends pas d’un coup ces coms rabaissant la musculation classique disant qu’on crache nos proteines en courant ??? ca veut dire quoi ça ? Je fais de la muscu 3 fois par semaine et 3 séances de cardio par semaine avec du sprint, des burpees, du velo elyptique, je bosse en anaérobie uniquement. Baaah, j’ai jamais vomit mes protéines, au contraire :  grosse augmentation niveau cardio grâce à l’entrainement régulier et meilleurs forme physique au niveau des jambes pour les sprint et burpees grace au squat et sdt jambes tendues… Alors je veux bien que le crossfit soit un sport complet et un très bon sport, cependant son objectif est d’être polyvalent. Quelqu’un qui s’entraîne comme un dingue en force en endurance, ça m’étonnerai fortement qu’on puisse dire que c’est juste une grosse madelaine sans souffle, et ce même si il pèse + de 100 kilos. D’ailleurs comme dit dans l’article, quelqu’un qui s’entraîne uniquement en endurance aura plus d’endurance, uniquement en force, plus de forces. le seul truc qui me fait ticker dans l’article, c’est l’histoire de la coiffe des rotateurs, l’explication ne m’a pas convaincue :)

kémar

Personne pour m’aider???? Sinon, entièrement ok avec toi Adrien. La preuve, un sport comme le rugby s’y est penché depuis longtemps déjà et je parle des équipes nationales. Maintenant il y a un nom dessus ;-)

Adrien

Bonjour à tous, je suis tout à fait d’accord avec Yann et pense sincèrement que la plupart des bodybuilders ne connaissent pas grand-chose en force fonctionnelle. Je fais moi-même du judo depuis le + jeune âge et du MMA depuis 2 ans et je peux vous dire que l’on y effectue essentiellement des mouvements au poids du corps ou avec des charges modérées et en explosivité de type Crossfit, et que la plupart des gens que j’y rencontre réalisent, comme moi, généralement de très belles performances (par rapport à leur poids) quand ils s’essaient à la musculation classique en salle. Ce qui est totalement l’inverse lorsque des gens qui ne font que de la musculation (et ne parlent généralement que de protéines) s’essaient à des mouvements naturels en explosivité et avec peu de repos : ils n’ont pas beaucoup d’agilité et encore moins de résistance et d’endurance. Lorsque le judo et le MMA s’interrompent, par exemple pour les 2 mois de vacances d’été, et que je vais à la salle de muscu pour m’entretenir en attendant, je peux vous dire que je suis totalement vidé en reprenant les entraînements de ces sports de combat, et que je me fais battre par tout le monde pendant les 2-3 premières semaines de reprise. Je connais des gars qui ne font que de la musculation naturelle comme au Crossfit, et qui vous projettent un gars de 100 kg comme vous jetteriez votre sac à dos en rentrant de l’école ou votre mallette en rentrant du travail. J’en connais d’autres qui réalisent de belles performances en mouvements d’isolation à la salle de muscu mais qui n’ont aucune force en lutte au corps-à-corps et qui sont claqués en 10 secondes dès qu’ils doivent grimper sur une corde sans les pieds. Pour faire un effort physique, un animal, un gladiateur ou même un homme préhistorique ne se règl(ai)ent pas en mode “biceps” ou “triceps” ou “pectoraux”, ils utilisent tous leurs muscles en même temps.¨ Pratiquez les arts martiaux et le Crossfit et vous verrez si vous aurez encore besoin d’un banc à abdos ou de renforcer la “coiffe des rotateurs”. Cela vous fera rire.

kémar

Bonjour, Je souhaiterais savoir quand intégrer du Crossfit dans une saison de rugby en terme de planification(semaines de repos et semaines avec match le dimanche). Merci bien et c’est pour la bonne cause John de la Fédération Française de rugby

Yann

Je me suis délecté de cet interview. J’avais l’impression de me lire moi en mode avancé face à un mohican. Les preuves, les références scientifiques, les ouvrages, tout y est. Un grand merci à Yves Patte. J’ai vu un commentaire en haut qui disait que les boxeurs s’entraînent comme cela. J’en fus un pendant quasi une décennie et c’est faux. J’ai mangé de la musculation bien classique pendant un moment pour pouvoir monter en catégorie (prise de masse - sèche) donc je connais la musique classique… De facto,  le CrossFit ne relève pas juste du domaine physique mais d’un changement de paradigme. Et c’est le problème et la solution. De sorte que le crossfiteur (je parle au moins pour moi) est au mieux un créateur au pire un anti-conformiste. Quant aux critiques/sceptiques… au fond vous le savez aussi bien que moi que vous enragez de ne plus pouvoir gambader comme un marmot sous peine de vomir les kilos de protéines ingurgités. On a toujours le choix : rester le même ou évoluer. Les mêmes barres, les mêmes prot, etc… est-ce évoluer ?

Conway

Bonjour,   Ce type d’entrainement est assez intéressant en sois, notamment en ce qui concerne l’approche globale du corps et la polyvalence recherchée, mais je ne vois pas en quoi il est novateur.   C’est une sorte d’entrainement qui consiste à faire un nombre incalculable de truc par semaine, sans temps de repos au cours de chaque WOD, et ça finit par faire un gros tonnage, améliorer l’endurance et également la résistance.   Moi, ça me plaît, je m’entraine comme ça depuis longtemps en fait, mais concrètement, à par le terme “crossfit”, en quoi cela diffère des entrainements quotidiens des gymnastes ou des militaires, ou même de la culture physique de nos grands-papas (qui pour certains poussaient à l’époque peut être plus que nous d’ailleurs)?

val

vraiment pas fan ! -_-

Fred

Elsabre ” je cours le marathon en 3h15, le 10km en 35mn et le 400m en moins d’1min. “ C’était pendant ta période de triathlète ? Ou bien ce sont des perfs récentes ?

kamel

mdr vous savez plus quoi inventé le “crossfit” comme vous dite sa existe depuis mille ans c en gros un entrainement personnalisé tt les boxeur s’entraine comme sa en plus de la muscu franchement y vont loin les belge cet fois ci a inventer des truck qui existe deja..

pitouche

Voilà une discipline qui me tente vraiment! Des mouvements “naturels” empruntés au fitness et powerlifting. Le tout exécuter avec une certaine intensité. Mon impression est que le crossfit est une méthode intuitive et alliant les divers aspects de la construction d’un corp fort et en bonne santé. Pour faire une comparaison. Il faut reconnaître que j’ai toujours plus admiré les décathloniens que les coureurs de 100 mètres.

Elsabre

Pour appuyer ce que dit Taigebu, dans beaucoup de salle il “impose” un minimum de séance de “skill” avant de pouvoir faire les wod avec les autres membres, exemple la salle de Belfast: “On-Ramp Program – every Monday, Wednesday and Friday Prior to taking out a monthly membership, all new members are required to complete our mandatory On-Ramp Program. It comprises of 12 sessions that emphasise skill development and exposure to the basic movements. It has been designed to help prepare you to enter the main workout group. The workouts at the end of each session will get progressively more challenging as the course progresses.

B.Lopez

j’ai tout lu et j’ai bien apprécier l’article car j’étais curieux de connaitre le pourquoi du comment du cross-fit.

taigebu

1_ Je n’ai pas trouve de vidéos d’entrainement de débutant mais je peux quand meme un peu t’expliquer ce qu’ils feraient faire dans une salle Crossfit… Deja toute personne qui s’inscrit doit d’abord avoir des cours en semi-prives pour leur expliquer ce qu’est le crossfit, la technique des mouvements de bases (SDT, Wall-ball, tractions, pompes etc) et évaluer leur niveau de base. Apres une fois qu’ils peuvent participer aux cours de groupe pour la troisième partie du cours qui comprend un workout type “crossfit” selon le niveau les exercices sont remplaces ou les poids ajustes. On ne va pas demander a un débutant de faire des muscles-up, il va se contenter de dips, pas de double unders (corde a sauter) mais juste de simples sauts, pas de pompes complètes mais des pompes genou a terre, pas des “kipping pull ups” mais des “tractions sautes” ou des tractions avec un élastique sous les pieds pour l’aider etc. Pour les autres exercices qu’on ne peut pas vraiment changer on ajuste le poids et/ou le nombre de répétitions en se concentrant vraiment sur la technique. Si tu veux voir de “VRAIS’ débutants a l’oeuvre je te conseille de te renseigner sur le programme Crossfit Kids :D 2_ Non mais les workouts de Crossfit tels qu’on les voit sur le site internet n’est pas représentatif de tout ce qu’on fait dans le cadre de notre séance d’une heure dans une salle Crossfit. On fait aussi de la musculation (ou devrait-je dire entrainement type force pour progresser) durant certaines de nos séances types en salle… Mais pour le reste du conditionnement physique c’est principalement les workouts types Crossfit qu’on utilise. Apres les athlètes eux en font plus ou moins selon leur besoin, leurs faiblesses etc. Leur programme a l’année est divise entre prise de force et entrainement de conditionnement physique type Crossfit. Si tu veux des exemples d’athlètes qui ont été baignes dans le Crossfit depuis leur plus jeune âge je te conseille de regarder au niveau des frères Martin (Connor 20 ans, Keagan 17 ans et Duncan 13 ans. Les deux plus ages font du crossfit depuis plus 7 ans chacun) http://youtu.be/WunhhLSiBWk 3_ Si un marathonien n’a aucun intérêt a en faire rien ne lui oblige a en faire. :-)

Elsabre

Et toi si tu ne lis pas les réponses que l’on apporte à tes questions tu te condamne à répéter celles-ci en boucle ^^ 1.Tu ne dois pas regarder beaucoup de vidéo de Crossfit, dans celles mise en ligne par les salles tu pourra y voir fréquemment des débutant “scaler” sur la plupart des mouvements, c’est à dire adapter ceux-ci à leur niveau (tractions sautées ou effectuer à l’aide d’un élastique par exemple). 2. Te viendrai tu à l’esprit de reprocher au rugbyman Thierry Dusautoir d’être passé par la case judo ou à Lance Armstrong par celle triathlon ? Oui beaucoup des meilleurs crossfiters on un passé sportif dans différentes disciplines (gymnastique pour Leblanc-Bazinet par exemple), la discipline est trop récente pour qu’il y est des compétiteurs 100% Crossfit mais rassure toi la prochaine génération devrait vite balayer cette critique. 3. Sports de combat et art martiaux, la quasi totalité des sports collectifs, ça commence à faire pas mal de monde pouvant en tirer un bénéfice, et je le répète si certain pense que le crossfit ne peut rien leur apporter et bien qu’ils n’en fasse pas…

Sceptique

Si vous ne lisez que la moitié des commentaires pas étonnant que vous ne compreniez pas ce qui est dit : “On peut se rendre compte de 3 choses “qui sont éludées” (volontairement ou non)” 1- C’est pourtant l’image que vous donnez, maintenant montrez nous “l’entrainement” d’un débutant qui n’était pas déjà un sportif confirmé et qui n’a jamais fait de musculation. Là se sera déjà plus parlant. 2- j’insistais surtout sur le fait que ce n’est pas le crossfit qui les a fait parvenir au niveau auquel ils sont arrivés, et ça, ça fait une grosse différence. Et ça n’a rien a voir avec la jeunesse du crossfit. 3- je parlais des sports qui nécessitent un grand panel de technique (d’où le mma). Un marathonien n’aura aucun intérêt à prendre du temps sur son entrainement pour acquérir le mouvement des tractions par exemple. faut admettre que le crossfit a érigé l’entrainement au rang de compétition, et ça, d’un point de vue marketing c’est très fort.

Benjamin Serret

Pourquoi Info ou Intox ? concretement . Rudy tu reproche quoi au crossfit ? Juste le simple fait que certain pourrait penser a tord que c’est la meilleur facon de construire du muscle ?

Elsabre

Tuff, le Crossfit existe depuis plus longtemps que la méthode à laquelle tu fais allusion, il a progressivement conduit à l’ouverture de presque 2000 salles dédiées à cette discipline à travers le monde, la principale compétition de Crossfit réunie des athlètes des 5 continents, est doté de plus d’un millions de dollars de prix et est retransmise à la télévision. Alors dire que ce type d’entrainement sort “de nulle part” et venir le comparer à une méthode connu essentiellement par les francophone, et dont l’auteur s’exprime en caméra caché, cela a de quoi faire sourire ^^

taigebu

@tuff Le but de 90% des gens qui font du Crossfit n’est pas de prendre du volume mais plutôt d’être en forme physiquement. Donc non la plupart du temps ça ne parait pas qu’ils s’entrainent (sauf quand ce sont des personnes assez corpulentes qui perdent du poids). Le workout Crossfit en effet change constamment… tu as rarement deux séances d’une semaine a l’autre qui se ressemblent ça ne veut pas dire qu’on ne progresse pas. Les athlètes de haut niveau Crossfit sont en général assez secs de part leur régime alimentaire plus que de part leur entrainement. Tu entendras rarement un athlète Crossfit parler de “prise de masse” ou de “sèche” parce qu’en général ils n’en font pas. Ils gardent la meme alimentation “paleo” ou “zone” a l’année et l’adaptent simplement selon le nombre de séances qu’ils font par jour ou a la semaine. Pour ta question sur les avant-apres ce que tu pourras trouver sur internet concerne surtout les personnes qui ont perdus du poids grâce au crossait et/ou sont devenus plus secs grâce a l’alimentation promue par la plupart des salles Crossfit (“paleo” et “zone” comme je l’ai dit plus tôt). A mon avis l’aspect physique de quelqu’un n’est pas le seul facteur pour déterminer si cette personne est forte, agile etc etc Apres selon ce que j’ai compris de tes précédents commentaires ton but est de prendre de la masse et d’avoir des gros bras. Si c’est bien le cas alors le Crossfit n’est certainement pas pour toi :-) Mais si tu veux en général les salles Crossfit au Canada proposent régulièrement des séances d’essai gratuits.

tufff

Je trouve ça pathétique que beaucoup de gens sur ce site se moquent constamment de la méthode laf.ay (que je ne défends pas), mais qui sont fasciné par des entraînements sortis de nulle part qui oui sont intense, mais ne produisent probablement pas de bien gros résultats, autre que de dépenser des calories et d’être mieux que regarder la tv.

tuff

c’est vrai que les “modèles” de crossfit semblent être des gars qui ont fait pas mal de muscu classique et beaucoup ont l’air dopé. Comment un gars pourraient être plus énorme naturellement en faisant du crossfit que tous les gars de la team ici? C’est ridicule. Moi j’aimerais voir des “avant-apres” sérieux, des résultats concrets. Parce qu’on dirait que ceux du crossfit change constamment de programme, d’exercice, etc, donc la progression doit être quasi impossible à mesurer. C’est bien beau et impressionnant les gars énormes et super sec dans les vidéos, mais en pratique ca doit être plus des gars qui finissent par stagner en volume a 35 cm de bras et que ca ne parait meme pas qu’ils s’entrainent

taigebu

Bonjour, Je suis un pratiquant debutant de Crossfit dans un gym Crossfit a Montreal (j’ai commence en decembre 2010) et donc je pense etre bien place pour parler de mon experience personnelle… Je vais tout de suite commencer par les blessures: ce qui est dit dans cet interview n’est pas completement vrai… Si ca l’etait je n’aurais pas du arreter le Crossfit pendant quelques mois le temps que je me remette d’une tendinite a…. la coiffe des rotateurs :-) De plus quand on parcourt l’un des sites Crossfit on peut remarquer qu’il y a pas mal de prevention contre les blessures qui y est fait ce qui pour moi constitue une preuve que les blessures sont possibles comme dans toute autre activite physique… Pour repondre a certains points souleves par Sceptique (et je precise que je ne suis en aucun cas un sportif mais plus mr tout le monde) : 1- Non les debutants ne pourront jamais effectuer les exercices tels que prescris par le site internet mais on est encourage a suivre les exercices de progression pour au final pouvoir arrive au niveau ou on est capable de les effectuer 2- Je suis un pratiquant de Crossfit nullement sportif et ca ne m’empeche pas de faire la promotion du Crossfit a mon entourage qui, je pense, pourrait aimer ca… 3- je ne comprends pas trop ou tu veux en venir ? Entends tu par la que le Crossfit est un “sport” plus qu’une methode de “musculation” a part entiere ? Si c’est bien ca je suis tout a fait d’accord avec toi mais aussi sache que je savais tres bien a quoi m’attendre quand j’ai commence le Crossfit… Je ne m’attend pas du tout a atteindre le physique des “athletes” Crossfit qui participent aux Crossfit Games ou au physique de Rudy et d’autres personnes sur ce site. Mon but principal etait simplement d’etre en meilleure forme physique. Pourquoi le Crossfit ? Pourquoi en salle ? Tout simplement parce que c’est la premiere et seule activite physique qui me motive vraiment. Pourquoi pas un autre sport ? Comme je l’ai dit je ne suis pas un sportif… En fait je DETESTE le sport. Avant le Crossfit j’allais en salle m’entrainer et j’etais suivi par un entraineur mais apres 3 mois j’etais deja completement demotive :-( L’aspect communautaire du Crossfit aussi est un plus pour moi. Les encouragements de gens que je connaissais pas dans les cours est quelque chose qui m’a surpris au debut mais au final ca te booste. Certaines personnes dans leur commentaire ont fait part de leur inquietude fasse a la programmation du site officiel: les entraineurs pour la plupart ne suivent pas du tout le meme programme. Tout depend de leurs qualifications et du niveau global du groupe qu’ils ont devant eux. Les seances commencent TOUJOURS par un echauffement et en general des “revisions” des mouvements les plus complexes a effectuer pour le workout a vide. Peuvent suivre des exercices de renforcement musculaire et en general le workout du jour. La technique est quelque chose d’importante et elle n’est pas negligee comme certains pourraient penser. C’est tout ce qui me vient a l’esprit aujourd’hui… Mon but n’est pas du tout de convaincre quiconque que le Crossfit est le “graal” du conditionnement physique mais juste de partager mon experience personnelle. Le crossfit ne convient certainement pas a tout le monde mais a moi oui :-)

force

1- non car y’a un debut à tout ! comme dans tous les sports ! 2- normal, le crossfit n’existe que depuis qq années ... 3- tout à fait, ce qui explique pourquoi le crossfit peut etre interessant pour beaucoup de sport… et puis il y a ceux qui pratique que le crossfit qui en font la promo euh.. ya pas que les pratiquants de mma qui font ça.. renseigne toi mieux… bah oui ce n’est qu’un sport !

Elsabre

1. De la même manière qu’un débutant en course à pieds ne se lancera pas dans le marathon du jour au lendemain. 2. Pardonne à ces athlètes de ne pas être “nés” crossfiter, je te rappelle que cette discipline est relativement jeune. 3. Oui et alors ? Il pratique aussi l’athlétisme ou la gymnastique de manière occasionnel, cela fait-il pour autant de toute ces disciplines des sports sans intérêt ? Tu poursuis ta diatribe en disant “les seuls”... sont “par exemple”, à partir du moment ou tu cite un exemple parmi d’autre c’est donc qu’ils ne sont pas “les seuls”...

Sceptique

On a l’esprit ouvert puisque nous lisons cette article et en discutons sauf que l’on a pas une foi aveugle dans tous ce qui peut-être dit et que l’on minore ces effets. Quand on lit entre les lignes o peut se rendre compte de 3 choses qui sont éludées (volontairement ou non) 1- un débutant ne s’entrainera pas tel que l’on peut le voir dans les vidéos 2- les pratiquants ventant le crossfit était déjà des sportifs confirmés en débutant 3- les athlétes qui sont utilisé pour faire la promo du crossfit n’utilisent le crossfit que de manière occasionelle et/ou en complément d’un programme structuré pour leur discipline. D’ailleurs les seuls pour lesquels c’est vraiment utile se sont par exemple les pratiquants de mma et encore ils n’ont pas attendu que le crossfit existe pour s’entrainer come ça je réitère mes propos ce n’est qu’un sport parmit d’autres

force

@fabrice : c’est evident qu’avant de pratiquer l’overhead squat, clean, jerk, ring muscle up, etc… il faut les avoir maitriser ! c’est de l’apprentissage comme tout sport ! @tufff : bien sur qu’il y a des mecs en mauvaise condition physique qui s’en sorte bien dans diverses situations,on n’a jamais dit le contraire, mais c’est toujours mieux d’etre FIT ;) soyez ouvert d’esprit les gars !

tufff

L’entrainement crossfit m’attire beaucoup, mais j’accorde beaucoup d’importance à l’esthétisme et la masse, ce n’est donc pas très compatible à mon avis… Un physique avec des petits bras (parce que c’est une hérésie de les travailler avec la mentalité “planète des singes”) et une taille large, bof bof…

tufff

Je suis convaincu que Rudy s’est retenu pour ne pas dire plus de défauts à cette “méthode”. Je n’y crois pas du tout sur le fait qu’il n’y a pas de blessures en crossfit, quand on voit les gars faire des tractions super explosives, des tonnes de mouvement rapides/lourd/en étant épuisé qui travaillent durement le bas du dos, les pompes explosives, les sauts dans tous les sens… Ensuite sur la question d’être “fonctionnel”, le bout de l’entrevue où ça parle des troncs d’arbres et tout ça frise le ridicule. Travaillant dans le domaine de l’urgence, je sais qu’une bonne condition physique est importante, mais pas au point d’en être obsédé. Il y a bien des policiers qui sont gros et/ou ont une conditon physique de merde et qui s’en sortent très bien pour toute leur carrière.

Fabrice

On parle bcp, mais quand je regarde la liste des WOD dans l’interview, je me demandes bien quel pratiquant, peut faire des arrachés, des jeté-poussé derrière la nuque, des rings pushups et autres joyeusetés. Même le squat bras tendus demande un bonne souplesse au niveau de l’épaule et du bassin, au risque de le faire en hyper-cambrant le dos. Si on regarde la liste, on s’aperçoit aussi que l’arraché, mouvement hyper-technique, n’est pratiqué qu’une fois sur la période de 10 jours. Je me demande bien qui peut conserver une bonne technique sur ce mvt, en le faisant une fois tous les 10 jours. Et je parle même pas d’apprendre la technique, qui réclame de passer par de l’arraché debout avec des charges légères plusieurs fois par semaine pendant plusieurs semaines. Bref, on parle bcp, mais qui fait stricto-sensu les WOD tel qu’indiqués sur le site Crossfit et que l’on peut voir en ex dans l’article et sans faire aucune autre activité physique à coté ?

Abilio

Je comprends Rudy. C’est dommage que la communication sur le cross-fit est trop abusée : il n’y a que des avantages, pas de défauts. Franchement, le passage sur les blessures c’est le poncif de toutes les “nouvelles” méthodes d’entrainement qui veulent se démarquer de la musculation classique : on se blesse moins parce que c’est plus “naturel”. Elsabre à 100% raisons sur le fait qu’un individu lambda a tout à gagner en faisant une pratique “touche à tout”. A partir de là il pourra avoir des préférences. C’est pour moi LE truc du cross fit à mettre en avant. C’est un peu comme mettre son gamin à l’athlétisme pour qu’il découvre plein de façon de bouger/utiliser son corps.

force

le crossfit est un sport à part entiere ! qui a ses avantages et ses inconvenients comme tout sport. En pratiquant les wod dans la programmation officielle, on travaillera toutes les qualités cités en meme temps je ne vois pas ce qu’il y a de mal à etre polyvalent “etre bon partout c’est etre bon nullepart” peut etre mais on est de moins en moins mauvais… et avec le temps , on un bon niveau partout ! tu ne pourras pas te comparer avec un mec excellent ds sa specialité, mais au moins t’auras le niveau de plein d’autres gars apres en fonction de son sport , on peut l’utiliser dans sa prepa mais ce sera d’autres type de wod ( ex: crossfit football, crossfit strongman, crossfit endurance, etc…) tout depend de ce que vous recherchez les mecs ! vous voulez de l’esthetique, du muscle, bah faites du body !

Elsabre

Sdis-rhone oui j’ai pratiqué énormément la course à pieds par le passé, puisque j’étais triathlète, mais mon exemple avait juste pour but de montrer que, contrairement à ce que tu affirmais, l’on pouvait s’améliorer sur plusieurs distance de manière concomitante. Cette problématique de la polyvalence n’est d’ailleurs pas nouvelle, mais dirait tu qu’un décathlonien, devant à la fois se préparer pour le 100m et le 1500m, est “mauvais partout” ? Pourquoi dénigrer une forme de polyvalence, et pas une autre, sous prétexte que celle-ci s’exprime au travers d’une discipline nouvelle: le Crossfit ? Je ne suis pas la pour faire du prosélytisme, que ceux et celles qui pensent que le Crossfit ne peut rien leur apporter, à eux même ou au athlètes dont il ont la charge, et bien qu’il n’en fasse pas…

sdis-rhone

Elsabre Effectivement tes perfs ne sont pas ridicule mais tu n’as pas déjà couru dans le passé? seulement en pratiquant le crossfit depuis 2ans et demi? tuti: guardiola,lacombe,blanc,leonardo….. beaucoup on eu un haut niveau appart quelque exception mais je te l’accorde ça n’est pas obligatoire

tuti

“46min le 10km pour un coach expérimenté  effectivement c’est moyen. Je ne vois pas l’intérêt d’être moyen de partout. Notre ego ne nous pousse t-il pas à être le meilleur possible dans un, deux voir trois domaines ? “ Et un coach de foot, il peut frapper de 35m ? Un coach de rugby ferait le poids sur un terrain de haut niveau ? Je ne crois pas, ça ne fait pas de lui un mauvais coach, puisque son rôle, c’est de coacher.

Elsabre

Atteindre le plus haut niveau dans une discipline c’est réservé à une toute petite minorité pour l’immense majorité des gens un minimum de polyvalence sera bien plus bénéfique pour la santé et plus valorisant qu’une spécialisation qui, au final, risque de n’entrainer que de la frustration. Sdis-rhone oui il est possible de développer toute les qualités en même temps (bien sur sans atteindre l’excellence dans chacune d’entre elle, mais en les améliorant toutes très substantiellement), les athlètes pratiquant le Crossfit le démontre un peu plus chaque jours. ps: puisque tu cite l’exemple de la course à pied je cours le marathon en 3h15, le 10km en 35mn et le 400m en moins d’1min.

sdis-rhone

46min le 10km pour un coach expérimenté  effectivement c’est moyen. Je ne vois pas l’intérêt d’être moyen de partout. Notre ego ne nous pousse t-il pas à être le meilleur possible dans un, deux voir trois domaines ? “Sur une semaine de temps, l’ensemble du corps a travaillé, et toutes les compétences ont été développées”   Est ce possible d’améliorer ces 10 compétences en se focalisant sur toutes ces compétences dans une semaine d’entrainement par exemple? Pour prendre un exemple simple, le “Cycle développé couché de Marc Casabianca”:   L’objectif est d’augmenter sa force sur cet exercice. Si dans ce programme on mélange d’autres objectifs (j’ai l’impression que c’est ce que l’on fait avec le mode d’entrainement du crossfit), comme prendre du volume et augmenter l’endurance, l’effet final n’est il pas de progresser nul part? “Si on prend l’habitude de toujours courir des 800 m, on peut devenir bon sur 800 m mais on risque d’être très mauvais dès qu’il faudra faire un 1500 m”.     Oui mais si l’on court le 800m, 1500m, 21km… on risque surtout d’être mauvais de partout. On ne s’entraine pas le lundi pour le demi fond et le mercredi le semi c’est incohérent. Si l’ objectif est de tout réussir, alors une fois qu’on sait courir 100km, on sait courir 800m mais en 5 min et à ce moment la l’objectif d’avoir un niveau correcte de partout est plus réalisable. J’ai du mal a comprendre l’objectif réelle de ce sport.

doc

Rudy tu n’es pas très objectif car tes questions sont pour 99% relaté dans ton interview avec C.Carrio et tu avais déjà tranché sur le sujet a cette epoque là, je trouve celà un peu dommage malgrès ton expérience au crossfit Brussell que tu sois si peu objectif. Bonne interview mème si on apprend pas grand chose de nouveau .

Sceptique2

“la ou je suis un peu d’accord c’est que le crossfit n’est pas fait pour les débutants mais, sache qu’avec le crossfit j’ai explosé tous mes records au dc squat et sdt” Comme ça ? http://games.crossfit.com/features/photos/men-event-7/jason-khalipa-and-graham-holmberg Plus sérieusement faire du crossfit, c’est mieux que rien du tout. Bien que, le côté hyper commercial et les exercices parfois surprenant peuvent faire sourire même le plus ouvert des culturistes.

ahava26

la ou je suis un peu d’accord c’est que le crossfit n’est pas fait pour les débutants mais, sache qu’avec le crossfit j’ai explosé tous mes records au dc squat et sdt

Sceptique

“Au final, le CrossFit veut développer 10 compétences : L’endurance cardio-vasculaire, La résistance, La force, La souplesse, La puissance, La vitesse, La coordination, L’agilité, L’équilibre, La précision.” vous avez oublié apprendre à voler lol Franchement y rien de nouveau dans cette façon de s’entrainer, pratiquant le wushu je m’entraine aussi à côté au triathlon dans un but complémentaire et pourtant je ne connaissais pas le crossfit il y a de ça quelques semaines. “Et comme le corps travaille de manière naturelle et fonctionnelle, c’est-à-dire en faisant ce pour quoi il est conçu, il n’y a pas besoin de faire du renforcement musculaire” Dans les mouvements naturelles les muscles ne sont pas travaillés dans leurs ensembles et de façon équilibrés, c’est pour ça qu’un sportif de haut niveau utilise dans exos d’isolation. Et c’est ce qui est très bien expliqué dans les livres delavier-gundill et ceux de christophe carrio, ainsi que sur ce site. Pour moi c’est juste une question d’argent (comme toujours) de la même façon qu’il y a eu une plétore de méthode combinant gym et musculation pour inciter les femmes à faire du sport. le crossfit n’est finalement qu’un sport parmi d’autres et un débutant “s’entrainant en” crossfit ira droit à la casse sur le long terme.

flo30

Juste une petite précision qui n’a pas grande importance mais Brian Cushing ne s’entraine pas en CROSSFIT mais avec Defranco qui a écrit un article sur le Crossfit récemment.

Razer

Crossfit c’est juste la méthode la plus complète : L’endurance cardio-vasculaire, la résistance, la souplesse, la force, la puissance, la vitesse, la coordination, l’agilité, l’équilibre, la précision !

caco93

slt à tous, je viens d’essayer ma 1ere séance crossfit ce matin même et résultat ..... j’adore !!!!  cela change d’une séance culturisme (qui ne mme déplait pas d’aiilleur) mais le changement sa fait du bien. Bref, je suis en train de me crée un prog crossfit en m’inspirant des plus populaires. article SUPER interressant, mon rêve serait d’ouvrir une salle de crossfit. (mais il faut que je me renseigne sur le cout pour démarrer puis pour les concours à passer….) Voilà merci pour cet article ;)

Rudy Coia
est coach perso musculation et de diététique depuis 2006 et co-fondateur du site SuperPhysique. Il a coaché avec succès des centaines de pratiquants. www.rudycoia.com

SuperPhysique vous recommande

Guide ultime de la musculation au naturel

SuperPhysique vous conseille

Fitness fonctionnel : comment débuter en Fitness fonctionnel ?

Qu'est-ce que le Fitness fonctionnel ? Le matériel du Fitness fonctionnelter. L'organisation d'une séance Fitness fonctionnel. Mixer le Fitness fonctionnel et la musculation "conventionnelle".
par Alexandre Reither

Fitness fonctionnel : comment débuter en Fitness fonctionnel ?

Fitness fonctionnel : tout savoir sur le Fitness fonctionnel

Introduction au Fitness fonctionnel, la méthodologie Fitness fonctionnel, les différentes pratiques du Fitness fonctionnel et les principes à respecter pour progresser en Fitness fonctionnel.
par Gabriel Zakovic

Fitness fonctionnel : tout savoir sur le Fitness fonctionnel

Fitness fonctionnel

Définition du Fitness fonctionnel, avantages et inconvénients du Fitness fonctionnel et trois circuits Fitness fonctionnel.
par Philippe

Fitness fonctionnel

Fitness fonctionnel : Interview de Framboise Labat

Découvrez l'interview de Framboise Labat, athlète Fitness fonctionnel SLV
par Rudy Coia

Fitness fonctionnel : Interview de Framboise Labat

APPLICATION SMARTPHONE


SP Training

SuperPhysique Nutrition


Super Vitamines

A PROPOS DE NOUS

Fondé en 2009, SuperPhysique™ est une communauté de passionnés de musculation 100% naturel (sans dopage).

SuperPhysique est dédié aux femmes et aux hommes qui travaillent dur, sans tricher, pour atteindre l'excellence physique.

Nos valeurs sont la progression, la performance, la persévérance et l'effort.

NOS VALEURS

 
© 2009-2020 SuperPhysique™